Côte d’Ivoire : Un atelier national pour identifier les indicateurs environnementaux

par La Rédaction

La Côte d’Ivoire veut honorer les engagements qu’elle a pris en adoptant le programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies. C’est pour faire le point de ses initiatives dans ce sens qu’un atelier a réuni les parties prenantes, le mercredi 23 septembre.

L’Atelier national d’identification des indicateurs environnementaux s’est tenu, le mercredi 23 septembre 2020, à la salle de conférence de la Direction générale du Développement durable, à Abidjan-Cocody.

Ce conclave organisé par la Direction générale du Développement durable (Dgdd), sous l’égide du Ministère de l’Environnement et du Développement durable (Medd) a réuni les points focaux des ministères, des acteurs, des experts et des hommes de médias. Au menu de leurs travaux figuraient, entre autres, le bilan des expériences antérieures et la détermination des axes où le pays doit concentrer ses efforts. Toutes choses qui lui permettront de mobiliser les ressources indispensables à l’accomplissement de son programme des Objectifs du Développement durable (Odd) 2030.

Ouvrant la rencontre, Dr Gustave Aboua, le Directeur général du Développement durable a souligné l’importance des Odd pour l’ensemble des composantes de la société. « Les Odd sont désormais le cadre de référence de toutes actions et initiatives de développement. Ils nécessitent pour leur mise en œuvre, d’être intégrés dans les plans politiques et programmes de développement national et sectoriel. », a-t-il rappelé.

 « L’agenda 2030 (les Odd et les différentes cibles environnementales (planète) », « Etat de l’environnement en Côte d’Ivoire » et « Identification des Indicateurs environnementaux » sont les 3 communications qui ont meublé l’atelier. Respectivement prononcées par Dr Gustave Aboua, Dr Koné Bamba Tintcho, chargé d’études à la Dgdd et de Dr Christian Agodio Boga du Centre ivoirien de recherches économiques et sociales (Cires), elles ont permis d’outiller les participants.

La première communication s’est articulée autour de l’historique du nouveau programme pour l’horizon 2030. Elle définit les Odd comme une recommandation des 193 Etats des Nations unies, qui les ont adoptées pour la bonne santé de la planète. Elles sont la rallonge des Objectifs du millénaire (Omd), mis en place par l’ancien-secrétaire des Nations Unies, Koffi Annan. Ils comprenaient 8 objectifs. C’est parce qu’ils ne prenaient pas en compte les problèmes de tous les pays, qu’ont vu le jour les Odd. Ceux-ci renferment 17 objectifs et 169 cibles. Chaque pays, selon ses priorités oriente son programme sur les objectifs qu’il juge prioritaires pour son développement. La deuxième communication a fait l’état des lieux de l’environnement en Côte d’Ivoire. Elle a fait allusion aux problèmes dont est confronté notre pays. Ce sont : la déforestation, l’appauvrissement des sols et des fonds marins, l’installation sur des terrains non habitables…

La communication de Dr Koné Bamba Tintcho permis de cerner la gravité de la situation. Il a donné des chiffres qui font froid dans le dos. Les chiffres attestent que le couvert forestier est passé de 16 millions d’hectares en 1900 à 3,4 millions d’hectares en 2015. Les forêts classées se sont dégradées drastiquement sous l’action de l’homme. En 2015, elles étaient de 800 000 ha au lieu de 4 189 100 ha à l’indépendance. Les mangroves qui constituent les endroits idéaux pour la reproduction aquatique, sont mal en point. La pression exercée par l’homme sur son environnement occasionne l’extinction de certaines espèces animales, florales, halieutiques… C’est pourquoi pour atteindre ses objectifs, la Côte d’Ivoire s’est doté d’un cadre institutionnel et juridique. La dernière communication a donné de la matière aux participants sur l’identification et la définition des indicateurs environnementaux.

Dans sa présentation, Dr Landry Achy a instruit les participants sur les 13 indicateurs renseignés par la Côte d’Ivoire. La conclusion qui s’en dégage est que, pour arriver à nos objectifs, il nous est nécessaire de mettre en œuvre des actions renforcées. Raison pour laquelle les Odd prennent tout le monde en compte et ne laisse personne de côté. Car, en chacun existe une onde d’intelligence à exploiter. L’objectif 2030 sera une réalité si chacun donne du sien.

Clément KOFFI

Vous aimerez également

Laissez un Commentaire