Funérailles traditionnelles d’Amadou Gon Coulibaly : La région du Poro rend hommage à son fils prodige

par David BLAY

Les départements de la région du Poro ont salué la mémoire de l’ex Premier ministre, le vendredi 9 avril.

Ouvertes le mercredi 31, les funérailles traditionnelles d’Amadou Gon Coulibaly se poursuivent à Korhogo, avec l’hommage des localités de la Côte d’Ivoire et d’ailleurs. C’était au tour de la région du Poro dont est natif l’illustre disparu, de lui témoigner son affection, le vendredi 9 avril 2021.

A tour de rôle, les délégations des départements de Korhogo, M’bengué et Sinématiali se sont succédées à la place Gbondala avec des danses et des dons pour participer aux obsèques. « Ces funérailles sont notre affaire », a justifié Lanzeni Coulibaly, le maire de Korhogo.

Emboitant le pas à l’édile du chef lieu de la région, plusieurs cadres vont renchérir. « M’Bengué et Korhogo c’est la même famille. M’Bengué doit tout au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Si M’Bengué est un département, c’est grâce à Amadou Gon Coulibaly. Nous ne pouvions pas être en marge de ses obsèques traditionnelles. En pays Senoufo, il n’y a pas de fête. Le Sénoufo vit pour avoir de grandes funérailles. De là où est mon mentor, de là où est le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, il est fier. Ça fait 10 jours que nous sommes entrain de fêter. Là où il est pour ses funérailles, à côté des autres parents, il est heureux parce qu’il aura eu de grandes funérailles », a ajouté Ali Kader Coulibaly, député maire de M’Bengué.

Pour l’honorable Silué Souleymane, député de Napié, ces funérailles traditionnelles sont plus que méritées pour le grand défenseur de la culture ancestale que fut le défunt chef du gouvernement. « Amadou Gon Coulibaly, était un amoureux de nos traditions. Aujourd’hui, c’est tout le Poro qui lui rend hommage. Tous nos ancêtres ont eu des funérailles comme celles qui se tiennent actuellement. Toutes les régions du pays défilent à Korhogo depuis 10 jours pour lui rendre hommage. C’est la preuve que Amadou Gon Coulibaly était vraiment aimé. Son départ est une grande perte pour nous », a expliqué le parlementaire.

Les lampions s’éteindront sur les funérailles traditionnelles du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, le dimanche 11 avril prochain. Il s’agit pour le peuple sénoufo de respecter des rites qui permettront au disparu d’accéder au cercle des ancêtres.

David BLAY

Vous aimerez également

Laissez un Commentaire