Déclaration des organisations de producteurs de Cacao Certifiées Commerce Équitable (Fairtrade) de Cote d’Ivoire

par Service Com

OBJET : Prix bord champ du cacao campagne intermédiaire – Paiement d’un prix juste aux producteurs – Information sur le paiement du différentiel pour la petite campagne – Diligence Raisonnable en matière de droit de l’homme – Engagement de l’Union Européenne

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Madame Anne Marie YAO épouse DJE, Responsable du Programme Cacao pour l’Afrique de l’Ouest, représentante de Fairtrade Africa,

Monsieur Christophe Boscher, Responsable du programme Equité, représentant de Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) 

Chers PCA de coopératives et membre du Réseau Ivoirien du Commerce Equitable, en abrégé RICE,

Mesdames et Messieurs en vos rangs, grades et qualités,

Je suis heureux de vous entretenir pour cette conférence de presse et de prendre la parole au nom des producteurs de cacao certifie commerce équitable en Côte d’Ivoire à travers le Réseau Ivoirien du Commerce Equitable.

Je suis M. Fortin Bley, Vice-président du RICE.

Nous souhaitons faire connaitre la position des producteurs de cacao certifies Commerce équitable suite à l’annonce de la réduction du prix minimum garanti bord champ du cacao pour la campagne intermédiaire allant du 1er Avril au 30 Septembre 2021.

En effet, le prix a été fixe à 750 FCFA le kilogramme ; soit une baisse de 25% par rapport au prix initial fixe en début de campagne. Selon le Conseil Café Cacao, cette baisse du prix serait due à la pandémie de Covid-19 qui a provoqué une crise économique mondiale, qui a eu un grosses répercutions sur la consommation de chocolat en général.

Pour mémoire, c’est en 2019 que la Côte d’Ivoire et le Ghana, au travers du Conseil du Café-Cacao et du Ghana COCOBOD, ont institué un Différentiel du Revenu Décent de 400 dollars US soit 200.000 FCFA la tonne selon le barème du CCC au 31 mars 2021, en faveur des producteurs pour tout contrat de vente de cacao obtenu auprès des deux pays à partir de la campagne 2020-2021. Initiative favorablement accueillie par les productrices et producteurs ivoiriens.

Aussi, l’Union Européenne, principal acheteur du cacao ivoirien, étudie-t-elle présentement la possibilité de conclure des accords bilatéraux avec les gouvernements du Ghana et de la Côte d’Ivoire afin d’assurer la durabilité du secteur du cacao, notamment en luttant contre la déforestation, la pauvreté des agriculteurs et le travail des enfants.

De plus, de nouvelles lois sur l’importation du cacao en Europe sont en cours d’élaboration :

– Une loi qui exigera des entreprises européennes de s’assurer que tous les produits agricoles qu’elles achètent ne sont pas source de déforestation et de la dégradation des forêts ;

– Une deuxième loi qui obligera les entreprises en Europe de mener le “HRDD” ou diligence raisonnable en matière de droit de l’homme afin d’identifier et aborder les violations de droit de l’homme dans les produits qu’elles achètent.

En outre, le Standard Fairtrade pour le Cacao pour le commerce équitable impose-t-il aux acheteurs de payer le Prix Minimum Fairtrade (PMF) dès lors qu’il est supérieur au prix de référence (prix FOB + DRD) en Côte d’Ivoire, en plus de la Prime Fairtrade de 240 dollars la tonne.

A titre d’exemple, le prix de référence de la Côte d’Ivoire au titre de la campagne intermédiaire 2020/2021 est 1 164 437 XOF la tonne (964 437 + 200 000), soit 2081,76 dollars la tonne. Ce prix étant inférieur au PMF qui est de 2400 dollars la tonne, c’est le PMF qui s’applique. Cela implique que les acheteurs reversent aux producteurs via leurs organisations la différence entre le prix fixé par l’Etat et le PMF. Le différentiel au titre de la présente campagne intermédiaire est de 318,24 dollars la tonne soit environ 178 F CFA par kilogramme.

De façon concrète, cela veut dire que le producteur qui aura vendu ses fèves de cacao aux conditions Fairtrade, recevra directement le prix bord champ de 750 FCFA le kg auquel s’ajoute le montant de 178 FCFA ; Soit un total de 928 FCFA par KG.

De ce qui précède, nous, producteurs de cacao de Côte d’ivoire, regroupés au sein du Réseau Ivoirien du Commerce Equitable (RICE), représenté par son Conseil d’Administration :

– Exprimons notre déception par rapport au niveau actuel prix bord champ qui baisse de 25 % comparativement à celui de la grande campagne 2020/2021 ;

– Continuons à soutenir le DRD malgré la récente baisse des prix, l’impact difficile à quantifier de la pandémie sur la demande et l’affaiblissement potentiel du DRD par certains acteurs ;

– Restons convaincus que la résolution des problèmes de durabilité du cacao ne se fera pas sans le paiement d’un prix plus rémunérateur aux producteurs 

– Témoignons que les achats aux conditions du commerce équitable profitent aux producteurs et à leurs familles en contribuant à travers le Prix Minimum Fairtrade et la prime, à réduire leur l’extrême pauvreté et vulnérabilité dues notamment à la faiblesse des cours mondiaux du cacao ;

– Encourageons les acheteurs à s’engager davantage dans les achats du cacao aux conditions du commerce équitable et contribuer ainsi à améliorer les revenus des producteurs ;

– Encourageons l’Etat de Côte d’Ivoire à se rapprocher des autres pays producteurs pour mutualiser avec elles les politiques de mise en marché du cacao à l’instar de l’expérience développée avec le Ghana ;

– Demandons à l’état de poursuivre inlassablement les négociations avec les multinationales pour les persuader de l’intérêt de toute la chaine de valeurs à garantir aux producteurs des prix décents ;

– Pensons que l’Union Européenne pourrait soutenir le différentiel du revenu décent en exigeant que les entreprises qui mettent du cacao ou des produits chocolatés sur le marché de l’Union européenne s’assurent que les cacaoculteurs qui les approvisionnent progressent vers un revenu de subsistance, dans le cadre de la réglementation sur la diligence raisonnable en matière de droits de l’homme et de droits environnementaux qui doit être proposée dans l’Union européenne.

                                                              Fait à Abidjan le 23 avril 2021

Pour le

 Réseau Ivoirien du Commerce Equitable

Le Vice-président

Fortin Bley

Vous aimerez également

Laissez un Commentaire