Côte d’Ivoire / Adou Richard (Procureur) : ‹‹Tous ceux qui ont commandité, qui ont incité, qui ont financé la désobéissance civile ne sont pas exemptes de poursuites »

par David BLAY

Selon le directeur de l’unité spéciale d’enquête sur les évènements survenus à l’occasion de l’élection du président de la République du 31 octobre 2020, tous les auteurs de violences répondront de leurs actes.

Adou Richard est clair. Il y aura zéro impunité pour les personnes impliquées dans les troubles qui ont ébranlés la Côte d’ Ivoire à la faveur de l’élection présidentielle de 2020. Livrant les résultats de l’unité spéciale d’enquête sur ces évènements, hier, le procureur de la République a affirmé que tous les coupables à tous les niveaux seront poursuivis devant les tribunaux.

Pour le magistrat hors hiérarchie, les faits sus-cités n’entrent pas dans le cadre de la procédure spéciale prévue pour certaines personnalités. Ainsi, les leaders de l’opposition Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’guessan, respectivement ancien président de la République et ancien Premier ministre ne pourront pas se soustraire à la rigueur de la loi si leur culpabilité est confirmée par les juges d’instruction chargés du dossier. ‹‹Tous ceux qui ont commandité, qui ont incité, qui ont financé cette désobéissance civile qui a entraîné des drames que nous sommes tous en train de déplorer ne sont pas exemptes de poursuites. C’est vrai qu’il existe une loi, celle de 2005 relative aux anciens présidents de la République, anciens présidents d’institutions et anciens ministres. L’article 54 de cette loi dit bien que toutes les infractions commises par ces personnalités en période électorale échappent à la procédure spéciale. Cela veut dire que pour toutes les infractions qui sont commises en période électorale, il n’y a pas de procédures particulières et ces personnes sont justiciables comme tout individu››, a expliqué Adou Richard.

Les violences électorales ont fait officiellement 85 morts et près de 500 blessés dans le pays, entre août et novembre 2020. À ce jour, 233 personnes impliquées à divers degrés dans la commission de ces infractions graves ont été interpellées dans plusieurs localités du pays et 40 autres personnes ayant été formellement identifiées sont activement pour avoir participé à ces événements.

David BLAY

Vous aimerez également